Histoire du Diamant

Le mot «diamant» vient du terme grec «adamas» qui signifie invincible, indestructible.
Le diamant est très ancien, il s’est formé il y a très longtemps, bien avant l’arrivé des dinosaures. C’est un Carbone cristallisé.
Le diamant le plus récent aurait 900 millions d’années et le plus âgé aurait plus de 3,3 milliards d’années.
Chaque diamant est unique, il n’y a en pas deux de semblable.
Les diamants existent dans beaucoup de couleurs, le plus rare étant le rouge.
Les diamants ont été d’abord extraits en Inde il y a plus de 2 800 ans.

Où le trouve-t-on?
Un peu partout on trouve du diamant, Amérique du sud, en Australie, en Russie au Canada… et principalement en Afrique, (Angola Congo, Afrique du sud, Afrique de l’ouest Botswana) etc…
Chaque diamant brut perd, en moyenne, plus de la moitié de son poids de départ pendant la taille et le polissage.
Le mot «carat» vient de l’arbre caroubier, dont les graines du fruit, dans les temps bibliques ont été utilisées comme étalon pour peser les pierres précieuses, il est égale a 0.20 gramme, sa dureté est de 10 suivant l’échelle de Mohs en 1812.
Moins de 5% des diamants taillés sont plus grands qu’un carat.

Histoire du diamant (Suite):
Le diamant aurait été découvert aux Indes, il y a sept siècles avant notre ère. Ce sont donc les indiens qui commencèrent à l’exploiter car il était chez eux symbole de caste. Ils utilisaient aussi bien du diamant blanc que du diamant de couleur.

C’est avec Pline L’Ancien que le mot diamant qui vient du grec «adamas» prit sa signification d’indestructible, d’indomptable.

L’ exploitation du diamant continua ensuite à Bornéo puis il fallut attendre la découverte de diamants au Brésil en 1725 et en Afrique du sud dans les années 1870-1880 pour que la commercialisation de ce joyau s’accélère jusqu’à nos jours, où de nombreuses mines ont été découvertes un peu partout dans le monde.

Au XXe siècle, l’Australie, la Chine, l’Indonésie, le Canada et l’Europe sont reconnus comme régions productrices de diamants blancs et de couleur.

La commercialisation du diamant a débuté avec la route de la soie puis avec les découvertes des mines du Brésil, elle est devenue maritime avec la création de nouveaux centres du diamant qui étaient surtout portuaires. De nos jours ce sont surtout de grandes capitales qui sont devenues les grands centres comme Tel-Aviv, New York, Anvers, Londres, Bombay ou Dubaï.
La valeur du diamant est devenue au cours des siècles une valeur stable car un vrai marché financier a été instauré.

Il existe différentes qualités de diamants et donc différents types de marché: le marché du diamant brut, du diamant industriel (Boart) et du diamant de joaillerie.
C’est en 1931, que le GIA (gemological institute of America) instaura une nomenclature sur la couleur du diamant (D à Z) et la pureté (IF à P) et en 1970 le certificat devient obligatoire.

Le diamant – ses propriétés:
C’est un minéral dont la formule chimique générale est composée d’un unique élément le carbone (C). La présence d’éléments traces, comme l’azote (N), le bore (B) ou l’hydrogène (H), dans sa composition confère au diamant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.
Il cristallise dans le système cubique contrairement à son frère le graphite (mine de crayon de papier) qui a la même composition chimique et cristallise dans le système hexagonale.
Le diamant est le plus dur des matériaux naturels et artificiels avec une dureté de 10 sur l’échelle de Mohs (échelle qualificative à la rayure). Il ne peut être rayé ou polis uniquement que par lui-même.
Cette dureté vient de sa structure minérale qui possède des liaisons covalentes fortes et permet aussi de le cliver facilement. Il est donc dur mais fragile.
Le diamant a une densité relativement faible (d=3,52), inférieure par exemple à la densité du saphir (d=4). Il est donc moins lourd que le saphir.
Le diamant est un matériau très résistant et le seul produit pouvant l’attaquer est le nitrate de potassium (KNO3) fondu. De plus il peut brûler au contact de l’air à une température supérieure d’environ 850°C, de ce fait les joailliers qui le travaillent l’enduisent de Borax afin qu’il ne devienne pas laiteux sur sa couche extérieure quand ils le chauffent avec le chalumeau.
Le diamant possède de grandes propriétés optiques, il est le plus transparent et possède un indice de réfraction particulièrement élevé qui lui donne ses «feux» et son éclat. La lumière est entièrement réfléchie et dispersée dans toute la pierre. Il a une très faible phosphorescence et parfois il a une fluorescence sous rayons UV. Ce caractère est important car il peut faire varier la vivacité de la pierre et donc son prix.
Le diamant est un très bon conducteur thermique; au toucher il parait froid. Mais il est surtout utilisé comme semi-conducteur. Il est aussi un bon isolant électrique à l’exception du diamant noir (due à la riche présence de graphite). Enfin la dernière propriété du diamant est qu’il est hydrophobe (il ne peut être mouillé) et lipophile (il aime les graisses), ainsi pour attraper un diamant il est plus facile d’utiliser un objet un peu graisseux.
Les différents types de diamant
La couleur des diamants est due à un défaut dans la structure de celui-ci ou à la présence d’un élément étranger.

  1. soit par une simple substitution d’un de ses atomes.
  2. soit par un changement de l’énergie.
  3. soit par accumulation de matière (agrégats ou lamelles).

La classification des diamants s’organise selon qu’il y ait ou non une présence d’azote dans sa structure. On distingue alors deux types:

  1. type I: présence d’azote (N)
  2. type II: absence d’azote (N)

Nous résumerons la classification des couleurs dans un tableau

Type Définition Couleur
I a Petits groupes d’azote Contient 0,3% d’azote Incolore, jaune, brun, rose, vert et bleu
I b Azote isolé Contient 0,1% d’azote Jaune intense, orange, brun et incolore
II a Pure sans azote Incolore, brun, rose, violet, vert et doré
II b Sans azote avec 0,1% de bore (B) Bleu et gris

Les diamants du sang:
Les diamants de conflits, parfois aussi nommés «diamants de sang», sont des diamants issus du continent africain, et qui alimentent les nombreuses guerres livrées par des rebelles aux gouvernements. Extraits de mines localisées dans des zones où la guerre fait rage, ces diamants sont vendus en toute illégalité et en toute clandestinité, afin de fournir en armes et en munitions les groupes armés qui les exploitent.
Le commerce diamantaire mondial est dominé par de grandes multinationales, comme la société sud-africaine De Beers. En 2000, la part des diamants dans le négoce diamantaire mondial considérés comme issus de la contrebande et des conflits africains était estimée entre 4% et 15%. Le fait que ces diamants servent à armer des groupes rebelles ne fait que rajouter à la situation instable des zones diamantifères. Néanmoins, des conflits comme celui de la Sierra Leone sont pour la plupart terminés depuis 2003.

Le processus de Kimberley:
Le processus de Kimberley est un régime international de certification des diamants bruts signé le 1er janvier 2003 par le Canada, les États-Unis, les pays de l’Union européenne et plus de 30 autres pays.
Les pays producteurs contrôlent la production et le transport des diamants bruts de la mine jusqu’au point d’exportation. Ces diamants sont scellés de façon inviolable et sont accompagnés d’un certificat du processus de Kimberley.
L’accord est le résultat de discussions ayant débuté en Mai 2000 à Kimberley en Afrique du Sud.

Bruxelles Achat D’Or propose des diamants dans le respect total du processus Kimberley.